Nouvel An : 3, 2, 1 et plans : A, B, C,…

Nouvelle année, nouvelles résolutions vont de paires.

Nous décidons de ce que nous voulons réaliser, nous identifions la façon dont nous allons y arriver et les ressources dont nous aurons besoin pour atteindre notre objectif. C’est ce que nous appellerons le plan A.

Toutefois, souvent, nous souhaitons à la fois ceci et cela. L’un contredit parfois l’autre, ou en tout cas n’est pas nécessairement rationnellement cohérent avec l’autre. C’est le plan B. Celui que l’on déclare vouloir réaliser si nous ne réussissons pas à mettre en œuvre le plan A.

Et puis comme le désir est multiple, il peut y avoir un plan C, D,…  Ces scénarios sont souvent construits dans notre esprit comme des solutions de replis au cas où le précédent plan ne marcherait pas. Avec la philosophie du « lâcher-prise » cette approche est de plus en plus répandue.

Les avantages de ces scénarios alternatifs sont multiples : savoir quoi faire en cas d’échec des autres plans, moins dramatiser les échecs et rebondir plus facilement. L’inconvénient majeur de ces plans est de disperser notre énergie, d’être moins aligné, moins concentré sur l’atteinte d’un objectif en nous pre-constituant des alibis, des excuses à l’échec éventuel du plan A.

C’est pourquoi, plutôt que de se fabriquer, par avance, des « excuses »,  nous pensons plus utile de vérifier notre intention profonde avant d’arrêter un plan A. Pour cela nous pouvons revisiter nos plans B, C, D,… pour identifier les désirs importants pour nous qu’ils reflètent plus ou moins clairement. Ensuite de vérifier si ces désirs peuvent, être intégrés dans un plan A repensé. Corrélativement, il peut-être important d’identifier d’où vient notre Plan A.  Celui-ci peut n’être que l’expression de notre partie « limbique » voire « reptilienne », qui prétendent nous mettre à l’abri des dangers et veillent à notre survie souvent au détriment de nos désirs profonds voire de notre mission de vie. Il peut donc être utile de faire une place dans la révision de ce plan A à notre néocortex avec sa partie créative et intégrative.



Retour