Un moteur : le plaisir

Cherchez le plaisir ! Pour nous même, cest naturel. Mais il nest pas toujours si facile, dune part, daccepter cette quête pour nous même -  et, dautre part, de savoir vraiment ce qui nous donne du plaisir.

Manger du chocolat, me donne du plaisir mais sa conséquence, grossir, du déplaisir. Où est mon plaisir ? Le plaisir daujourdhui est altéré par la perspective dune souffrance demain.

Chercher ce qui donne du plaisir à autrui, est un puissant levier pour motiver des équipes mais là encore, ces moteurs ne sont pas si faciles à identifier. Inversement, le déplaisir immédiat peut être le moteur du plaisir qui sera obtenu demain. Les enseignants le savent : lexigence dans lapprentissage, quand elle est vécue comme une épreuve par lapprenant, nest acceptée que si la promesse dun futur de plaisir est crédible. Il en est de même du cadre exigeant qui demande des efforts à son équipe : linconfort voire la souffrance de linstant est acceptée quand les personnes ont  le sentiment de progresser individuellement, de se développer et quelles constatent que « ça marche » collectivement, cest à dire que l’équipe/lentreprise réussit, gagne, assure sa pérennité.

La crédibilité du « leader » est une question clé au cours de cette phase. Or, précisément, toutes les expériences sur le fonctionnement dun collectif montrent que remettre en cause la crédibilité, défier le leader constitue  une source de plaisir !  Le plaisir procuré par cette défiance est, en fait, une façon de vérifier que nous pouvons accorder notre confiance à celui/celle « entre qui nous remettons notre vie » - ou du moins une partie de notre vie.

A titre individuel comme à titre collectif, cette notion, apparemment si simple de plaisir, est probablement au cœur des déchirements, intérieurs ou non, les plus profonds. 



Retour