Les loupés de l’effet de loupe ou du complexe au simplissime.
Il y a quelques années, une publicité montrait un Responsable Qualité arrêtant une chaine de production. Le message était claire : notre critère, c’est la qualité, tout le reste passe après.
Evidemment, en réalité, les entreprises doivent articuler les contraintes financières, économiques, techniques, humaines, commerciales,… Et c’est de cette capacité à trouver des optimums, par définition instables, que dépend la survie des organisations.
 
En outre, la pression exercée par les acteurs du sytème ne cesse de croitre : pour ne citer que deux exemples, les rendements attendus par les investisseurs se sont élevés, tout comme les attentes des salariés, qui aspirent à trouver sens et épanouissement personnel dans un travail qui autrefois pouvait être accepté comme « alimentaire". De la même façon, les pressions sur les Etats, de moins en moins souverains, ne cesse d’augmenter.
 
Dans ce contexte de complexité et de tensions croissantes, il est tentant de vouloir simplifier. La situation économique est mauvaise, l’Europe en est la cause, le Brexit, la solution. Il est plus facile d’agir sur une cause identifiée que sur une multitude de facteurs inter agissants et rendant difficile l’évaluation de l’impact d’une décision qui va faire bouger tout le système.
 
C’est cette même logique simplificatrice qui est appliquée pour l’épidémie de coronavirus : les décisions radicales de cantonnement de populations, d’annulation d’événements, de fermetures de centres d’activité, de suppression des déplacements,… faisant de la santé publique l’unique enjeu auquel tous les autres sont soumis, est une façon de simplifier une équation dans laquelle il faudrait conjuguer poursuite de l’activité, mesures de précaution sanitaire, respect des libertés,…
Le danger de cette approche est qu’ultimement, après avoir été séduisante, elle s’avère mortelle pour les entités l’utilisant. Une usine, qui serait arrêtée à chaque incident qualité, ne fabriquerait pas longtemps. Il est facile, sous couvert de sens des responsabilités, de prendre des décisions irresponsables en négligeant des facteurs, qui ignorés, vont se rappeler à nous : la réalité est tenace !


Retour