Et si les problèmes n’étaient là que pour faire naître l’échange ?

 

 

Confronté à un problème « insoluble » que l’on tourne en vain dans sa tête pour le résoudre, il suffit souvent d’en parler pour que la solution jaillisse « d’elle-même », évidente.

 

Les exemples fourmillent, où formulant un problème, on identifie dans le même mouvement, la solution. Soit que la tierce personne nous permette de trouver une solution en posant une question, soit simplement qu’elle formule la solution qui nous échappait désespérément, soit enfin

que nous nous surprenions à trouver nous-mêmes la solution.

 

Plus généralement d’ailleurs, on observe que c’est quand nous sommes confrontée à « nos limites », au sens large, que nous nous se tournons vers l’autre.  Mais ce mouvement, spontané pour certains, peut-être difficile voire douloureux pour d’autres. L’ego en particuliers, peut, se sentant en danger, empêcher ce partage. L’accompagnateur professionnel peut permettre de résoudre cette difficulté à “s’ouvrir à l’autre”. En garantissant la bienveillance et la confidentialité, il rassure et autorise ce partage en confiance.



Retour