Deux pour une carrière ou deux carrières pour un.

Conjuguer vie de couple et carrière professionnelle est devenu plus difficile à mesure de l’égalité des sexes : dès lors qu’il apparait légitime que la femme comme l’homme puisse évoluer et se réaliser aussi professionnellement, les questions de disponibilité pour la famille et de mobilité géographique rendent difficiles voire impossibles la conjugaison des aspirations de chacun.

Du coup le modèle « traditionnel » de deux pour une carrière peut redevenir tentant : l’un sacrifie sa carrière pour l’autre. L’équation est simplifiée.

Mais il est un autre modèle qui émerge : « J’accepte de réorienter ma carrière, d’exercer des métiers différents ou de travailler dans des environnements très différents, au risque de gagner moins, pour que mon partenaire puisse saisir une opportunité importante pour son développement . »

Nous sommes alors dans une logique de « deux carrières possibles, pour une personne » avec une règle plus ou moins explicite d’alternance. « J’ai pu saisir ma chance hier grace à ton sacrifice, j’accepte de changer de carrière pour que tu puisses à ton tour te réaliser. »

Ce qui était au début une contrainte voire un frein à une carrière imaginée comme linéaire dans un métier, dans un environnement,… devient un stimulant pour donner naissance aux autres parties de nous avec d’autres désirs et d’autres talents, qui sans cela auraient été, eux aussi, généralement inconsciemment, sacrifiés.

Dans ce contexte, contacter les autres parties de nous et prendre conscience/valider leurs intentions sont deux facteurs clés de succès pour que le « sacrifice » ne se transforme pas en suicide professionnel.



Retour