Du « laisser aller » sans laisser faire
Le « laisser aller » est souvent compris comme l’abandon de la volonté pour se mettre à l’écoute des  signes du destin.  

Le « laisser aller » ou « lâcher prise » ne sont que la traduction du précepte ignatien : « Tout faire comme si tout dépendait de soi, tout en sachant que tout dépend de Dieu ».  C’est à dire, agir de toutes ses forces en fonction de l’objectif, tout en ayant suffisamment de recul pour ne pas s’aveugler, boucher ses oreilles et s’épuiser en vain si le but visé est, dans les circonstances, inaccessible ou simplement inapproprié.

Ainsi lors de ces négociations commerciales où, pour pousser le client à signer, on concède des conditions telles que le contrat générera des pertes plus préjudiciables à la compagnie que la perte du contrat, … ainsi de la solution technique imposée qui conduit à de nouveaux problèmes plus insurmontables,…

Le lâcher prise c’est se laisser l’espace mental de « saisir sa chance » même si celle-ci amène à quelque chose de différent de ce que l’on voulait au départ mais qui s’avérera finalement conforme au but. Le coaching permet à la fois de créer cet espace et de relire les événements en les remettant dans la perspective de la visée.

Retour