Retour de vacances

Y-a-t-il une fatalité à ce que deux semaines après la fin des vacances, nous ayons l’impression que « c’était il y a si longtemps » ?

 

Oui, parce qu’après le rythme des congés, celui du travail, juste par sa rupture, fatigue et qu’évidemment la pression, la concentration,… nous mettent physiquement et psychologiquement à l’épreuve.

Non, parce qu’on peut prolonger les effets bénéfiques des vacances qui nous donnent tant d’énergie et de clairvoyance de différentes façons.

 

En voici quelques-unes :

 

Se faire un « ancrage » : un geste, un objet, une photo que l’on peut regarder et qui nous
remet dans l’état dans lequel nous étions  pendant les vacances


Continuer les pratiques installées pendant les vacances qui nous ont fait nous sentir plus
vivants : le quart d’heure de méditation, manger plus lentement, parler, échanger avec ses
proches, ses amis voire des inconnus, prendre le temps de regarder autour de soi, faire la
sieste,…


Partager avec nos proches (collègues, famille, amis) les temps forts. Parler en s’impliquant
émotionnellement, c’est à dire en nous reconnectant avec  les sentiments que cela a fait vivre
en nous, c’est une façon de renforcer ces expériences et de se doter de « GPS » qui pourront
être des témoins. Un témoin c’est à la fois un ancrage (point 1) mais c’est aussi quelqu’un qui
peut rappeler ce qui a été vécu.

 

 



Retour