Amour, je vous hais ?
A un moment où les entreprises prétendent « fabriquer avec amour », il semblerait que toute relation amoureuse au sein de l’entreprise soit désormais bannie. Le licenciement du PDG de Mac Donald pour une relation amoureuse interdite en constitue l’illustration.
 
Il faut y voir le résultat de #metoo et des politiques de protection des femmes/hommes des abus sexuels que les rapports de pouvoir peuvent faciliter. De là à interdire toute relation amoureuse (même consenties donc) entre salariés, il y a un pas que nombre d’entreprises ont franchi pour deux types de raisons. Pratiquement, la frontière peut être difficile à définir : quel rôle joue la fascination du pouvoir/de l’argent,… dans la genèse et l’épanouissement d’une relation amoureuse entre salariés, s’ils sont de niveaux hiérarchiques différents ? Juridiquement, parce que les entreprises préfèrent ne courir aucun risque sur un sujet devenu très sensible.
 
Pourtant 62% des personnes interrogées ont déjà eu une relation amoureuse au travail et 38 % sont en couple avec une personne qu’ils ou elles ont rencontré sur leur lieu de travail. L’entreprise, plus que jamais, constitue un lieu essentiel de socialisation.
 
Comment donc concilier vie en entreprise, y compris amoureuse, et éthique ? Un coach  peut aider les personnes concernées à discerner ce qui est en jeu. Cela parait plus respectueux des acteurs et plus conforme à l’esprit de la loi que la menace d’un licenciement et a fortiori sa mise en œuvre.


Retour